logo cession affaire

Comment se retrouver dans le maquis des aides à la reprise



0

Cyril ANDRE, le 11 Juin 2019



Pour des projets de reprise d’affaires artisanales ou de TPE, un soutien financier de quelques milliers, voire dizaines de milliers d’euros va se révéler particulièrement important. Dans certains cas de figure, cela peut même faire qu’un repreneur bouclera ou non son plan de financement.
Il existe pour les repreneurs de très nombreux dispositifs d’aides. Certains sont très intéressants et méritent d’y consacrer un peu de temps. Mais, eu égard aux centaines d’aides de toute sorte disponible, le repreneur doit bien les sérier en amont afin de ne pas consacrer trop de temps et d’énergie à tenter de capter le plus d’aides possible. Car pour lui, l’expression « le temps, c’est de l’argent » est à prendre au pieds de la lettre.

Parmi les aides sociales, la plus significative est, sans conteste, l’Accre : l’aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise. Elle se nomme aujourd’hui « exonération de début d’activité ». De quoi s’agit-il ? L’ensemble des cotisations sociales (patronales et sociales) du chef d’entreprise est exonéré durant la première année d’activité.

De nombreuses aides régionales

Si le repreneur potentiel est indemnisé par Pôle Emploi, il peut bénéficier de l’un des deux dispositifs suivants : il opte pour l’Arce et touche en une fois 45 % du montant du reliquat de ses allocations ; ou il choisit le maintien de ses allocations jusqu’à la fin de la période d’indemnisation alors qu’il a déjà reprise, ou créé, une entreprise.

Parmi les aides de nature fiscale, notons l’exonération d’impôt sur les sociétés et d’impôts locaux pour la reprise d’entreprise industrielles en difficulté et la réduction d’impôt sur le revenu pour la souscription au capital d’une PME.

Quid des aides régionales ? Toutes les régions proposent un ou des dispositifs d’aide à la reprise d’entreprise. Il s’agit généralement d’un prêt à taux zéro couplé à un accompagnement plus ou moins long.

Enfin, les aides financièrement les plus importantes sont des prêts accordés par les principaux réseaux d’accompagnement (en particulier Initiative France et Réseau Entreprendre) ainsi que le « contrat de développement transmission » de Bpifrance.