logo cession affaire

TPE, PME : le climat des affaires stable en juin (Insee)



0

Cyril ANDRE, le 25 Juin 2015



Le niveau de confiance des chefs d'entreprise, notamment artisanales, et des repreneurs potentiels concernant leur activité à court et moyen est une donnée essentielle quant à la prise de décision de céder, de transmettre ou de reprendre. A cet égard, l'i


D’après l’Insee, en juin 2015, le climat des affaires en France est quasi stable. L’Insee précise qu’après une hausse de deux points en mai, l’indicateur qui le synthétise, calculé à partir des réponses des chefs d’entreprise des principaux secteurs d’activité, perd un point. A 97 point, il demeure inférieur à son niveau moyen de long terme qui est de 100 points.

Pour les chefs d’entreprise du bâtiment interrogés en juin, ce climat des affaires s’améliore légèrement. A 91 points, il reste toutefois bien en dessous de sa moyenne long terme. Pour ce mois de juin, les entrepreneurs du secteur sont moins nombreux qu’en mai à anticiper une baisse de leur chiffre d’affaires pour les trois prochains mois. Notons qu’ils sont autant que sur le mois précédent à avoir observé une baisse de leur activité sur les trois mois précédents. Le jugement de ces mêmes entrepreneurs concernant leur carnet de commande demeure dégradé. L’Insee assure que depuis octobre 2014, le niveau « est très bas ». Dans ce secteur, les capacités de production restent sous-utilisées, à un taux de 84, 2 % qui est très inférieur à sa moyenne long terme.

Les perspectives d’activité ne sont pas très bonnes

Toujours d’après l’Insee, la situation paraît plus favorable dans le secteur du commerce. A 108 points, l’indicateur qui synthétise le climat des affaires dans le commerce de détail et dans la réparation automobile est stable et au-dessus de sa moyenne de long terme. Mais dans ce secteur, comme d’ailleurs dans la plupart des autres secteurs d’activité, les perspectives générales d’activité ne sont pas bonnes. Ce que l’Insee dénomme le solde d’opinion, à savoir l’écart entre le pourcentage des réponses " supérieur à la normale ou en hausse " et le pourcentage des réponses "  inférieur à la normale ou en baisse ", est de – 22 %. Clairement un nombre significativement plus élevé d’entrepreneurs œuvrant dans ces secteurs d’activité ne se montrent pas optimistes pour l’avenir, ce qui est préoccupant notamment pour leurs projets d’investissement ou de transmission. « Les stocks se regarnissent, mais leur niveau est encore jugé inférieur à la normal », soulignent les analystes de l’Insee.

Dans les services, le climat des affaires est stable après une hausse de trois points en mai. L’indicateur s’établit à 95 points. Toutefois, dans ce secteur assez hétérogène, par métiers, les soldes d’opinions sont contrastés. Ainsi, pour le transport routier de marchandise, le solde d’opinion quant à l’activité prévue ressort à – 13 %, alors qu’il est de – 6 % pour l’hébergement et la restauration et de + 1 % pour les activités immobilières. Concernant l’activité passée, le solde est de + 13 % dans les activités immobilières, de – 27 % dans l’information et communication, de – 4 % dans le transport routier de marchandise ou encore de – 1 % dans le secteur hébergement et restauration.

Enquête