logo cession affaire

Le crowdfunding toujours en progression



0

Cyril ANDRE, le 02 Mars 2020



Nombreux sont les repreneurs de TPE ou d’affaires artisanales qui sont passés par la case crowdfunding afin de trouver des fonds nécessaires à l’achat de leur cible. Mais il y a, et c’est logique, beaucoup d’appelés pour peu d’élus.

Pourtant, d’année en année, la place du financement participatif dans la chaîne de financement des projets est toujours plus importantes. Mazars et l’association Financement Participatif France (FPF) viennent de publier le baromètre des plateformes du financement alternatif et du crowdfunding en France.

Le financement participatif, à savoir le crowdfunding, progresse de pas moins de 56 % en 2019 pour atteindre 629 millions d’euros. Il s’agit essentiellement d’émissions d’obligations. Le secteur économique représente la grande majorité des fonds collectés devant les secteurs culturels et social. Au sein du secteur économique, les activités liées à l’immobilier représentent 57 % des fonds collectés, devant l’environnement et les énergies renouvelables (16 %) et les commerces et services (10 %).

Davantage de transparence et de proximité

Selon les auteurs de ce baromètre, l’accélération de la croissance du financement participatif s’explique, principalement, par 2 effets « d’une part, un mode d’intervention plus en phase avec les aspirations des donateurs, prêteurs ou investisseurs qui souhaitent plus de transparence et plus de proximité s’agissant des prêts sur lesquels ils interviennent. D’autre part, il y a une reconfiguration progressive des modes de financement et de l’accompagnement afférent. Le triptyque banque/ fonds/ plateforme de crowdfunding est installé et leur poids relatif respectif n’aura de cesse d’évoluer dans le futur ».

Parmi les projets financés pour les entreprises, les porteurs de projets sont essentiellement issus des TPE, PME et ETI (à 80 %). Contrairement à une idée reçue, les start up ne représentent que 13 % des projets ainsi financés.

« Nous nous réjouissons de l’intégration croissante et durable du financement participatif dans les circuits de financement de l’économie, de manière complémentaire aux acteurs historiques. Les ouvertures permises par la loi Pacte d’une part, et la réglementation européenne à venir qui permettra aux plateforme d’être transfrontalières d’autre part, sont des mesures qui devraient accentuer la croissance du secteur dans les prochaines années », assure Jérémie Benmoussa, président de Financement Participatif France.