logo cession affaire

Le climat des affaires demeure bien orienté



0

Cyril ANDRE, le 25 Octobre 2017



D’après l’Insee, en octobre, le climat des affaires s’est légèrement effrité. Il a reculé d’ un point à 109, donc au-dessus de sa moyenne de long terme qui est de 100. Cette légère baisse intervient après 8 mois de hausse consécutive. Rappelons que cet indice se positionne maintenant depuis plus de deux ans au-dessus de sa moyenne long terme. Cet indicateur est calculé à partir des réponses des chefs d’entreprise des principaux secteurs d’activité marchande.

Par secteurs d’activité, les évolutions apparaissent assez contrastées. Le commerce de détail progresse d’un point, à 113, ce qui constitue son meilleur score depuis 2008. Le secteur du bâtiment gagne également un point à 105, alors que celui des services en perd un à 107.

Dans l’industrie manufacturière, qui est resté stable en octobre à 111, le solde d’opinion des dirigeants sur leur production passée est reparti à la hausse tandis que celui concernant les perspectives de leur propre entreprise s’affiche en légère baisse. De façon quelque peu paradoxale, ces mêmes industriels affichent leur optimisme concernant les carnets de commandes au niveau général du secteur, avec un plus haut niveau depuis 2008.

Des difficultés de recrutement

Dans son enquête trimestrielle de conjoncture dans l’industrie publiée en même temps que l’enquête sur le climat des affaires, l’Insee montre que le taux d’utilisation des capacités de production est en légère hausse de 0,3 % sur les trois derniers mois à 84, 9 %. Le chiffre est certes bon, mais les goulots de production s’accroissent, car beaucoup d’industriels ont répondu à l’Insee qu’ils ne pouvaient pas produire davantage que ce qu’ils produisent aujourd’hui.

Dans le secteur des services, les soldes sur l’activité et la demande prévues s'effritent par rapport à septembre tout en se maintenant aussi à un niveau élevé. Les soldes relatifs aux effectifs, également au-dessus de leur moyenne de long terme, progressent sur le mois d’octobre. Dans le même temps, le solde d’opinion relatif aux difficultés de recrutement atteint son plus haut niveau depuis octobre 2008.