logo cession affaire

Et pourquoi ne pas reprendre à deux ?



0

Cyril ANDRE, le 30 Janvier 2020



Un certain nombre de repreneurs font le choix de s’associer à plusieurs, généralement à deux, pour acheter une cible. Les avantages d’une telle stratégie sont, certes réels, mais il existe, toutefois, quelques risques. Ces derniers sont à bien anticiper afin de les diminuer, voire de les contourner.
Au niveau des avantages liés à une reprise à deux ou trois associés, le premier qui vient à l’esprit est, bien entendu, lié au financement de l’acquisition. Dans le cas de figure d’une opération à deux associés, la capacité de financement sera théoriquement doubler.

Dès lors, l’éventail du choix des cibles s’ouvre davantage. L’expérience montrer, qu’il est important que les 2 associés apportent chacun le même niveau d’apport, et ce, pour créer dès le départ un équilibre qui sera sain pour la suite de l’aventure entrepreneuriale. De plus, le banquier sera rassuré : avec deux partenaires, le niveau de risque diminue mécaniquement.

Autre point fort majeur d’une reprise à deux : la mutualisation des compétences. L’idéal étant que les compétences des deux associés soient complémentaires que ce soit sur le plan technique, commercial, de management, de gestion, etc. Une bonne complémentarité peut conduire à un développement de la cible plus rapide.

Un pacte d’associé est fortement conseillé

Notons également, qu’un cédant qui a à choisir entre plusieurs dossiers de reprise peut être rassuré par une reprise à deux.
La vie de l’entreprise étant tout sauf un long fleuve tranquille, il est fort probable que cette dernière ait à affronter des vents contraires et un certain nombre de difficultés. C’est durant ces périodes difficiles que la cohésion du début des deux repreneurs peut se fissurer.

C’est donc en amont que les deux partenaires se doivent de se poser un certain nombre de questions : comment vont être répartis le capital et les fonctions à court et plus long terme ? Quels sont les objectifs pour chacun au niveau de la société, également à court et à moyen terme ? Quelle est la vision de chacun de ses actions au sein de l’entreprise (relations avec les salariés, commercial, finance et gestion, etc.) ? Quelles sont précisément les compétences de chacun des deux associés ?

Enfin, dans le cadre d’une reprise de ce type, il est très fortement conseillé d’établir un pacte d’associé. Il s’agit d’un contrat, qui ne vient pas se substituer aux statuts de la société, qui va venir établir un certain nombre de règles pour gérer au mieux telle ou telle cas de figure qui peut se présenter.