logo cession affaire

Bpifrance soutient les projets de développement innovants



0

Cyril ANDRE, le 04 Septembre 2015



Qu’il soit repreneur d’une affaire artisanale ou repreneur d’une petite PME, l’entrepreneur se trouve souvent confronté à une problématique simple. Pour rembourser la dette qu’il a contractée pour acquérir l’entreprise, il doit développer cette dernière. Pour cela, il lui faut investir donc parfois emprunter à nouveau.

Certes les es possibilités de financement sont déjà nombreuses, mais le dirigeant aura tout intérêt à regarder de près le nouveau produit développé par Bpifrance : le Fonds d’innovation sociale, ou FISO pour les intimes.

L’objectif de ce fonds n’est pas d’accorder un crédit classique à l’entreprise, mais de financer tout ou partie d’un projet. Mais pas n’importe quel projet. Les projets éligibles sont ceux qui proposent une solution innovante répondant à un besoin social non ou mal satisfait. Il peut s’agir d’un nouveau bien de consommation ou d’un nouveau service, d’un nouveau mode de distribution ou d’échange, d’un nouveau procédé ou encore d’un nouveau mode d’organisation. Par ailleurs, le projet ne doit pas être une simple expérimentation, mais, selon les termes de Bpifrance, il est nécessaire qu’il s’inscrive « dans un objectif de modèle économique viable ».

Les dépenses qui peuvent être couvertes par ce fonds sont, notamment, les frais de personnel affecté au projet, les frais généraux, les achats, les investissements non récupérables, les études de faisabilité, les prestations d’accompagnement et de conseil, les formations spécifiques, les actes juridiques, etc.

Le montant minimum de l’aide est de 30 000 euros en avance récupérable et de 50 000 euros en PTZI. Le montant est plafonné aux fonds propres ou quasi-fonds propres de l’entreprise. Au maximum, l’aide peut se monter à 50 % du montant des dépenses éligibles.

Aides