logo cession affaire

Activité et trésorerie dégradées pour les TPE



0

Cyril ANDRE, le 12 Avril 2016



Selon la dernière enquête de conjoncture menée par la CGPME, portant sur la période de l’hiver 2015 – 2016, la situation s’est globalement dégradée pour les TPE et les PME, mais les anticipations des chefs d’entreprise sont encourageantes pour les plus grandes structures. Précisons que l’enquête a porté sur un peu plus d’un millier d’entreprises, dont 70 % de TPE et 25 % de PME de 10 à 49 salariés. Concernant la méthodologie, les soldes d’opinion correspondent à des soldes de pourcentages d’opinion opposée.

L’activité des entreprises de moins de 50 salariés s’est dégradée au cours du dernier trimestre 2015, en particulier pour les TPE. Pour ces dernières, le solde d’opinion s’établit à – 16. Concernant les PME de plus de 50 salariés, le solde est de 0, à savoir qu’elles sont autant à déclarer une amélioration qu’une détérioration de leur activité au cours des trois derniers mois. Dans le secteur du bâtiment, l’activité se détériore en raison d’un recul significatif de la demande.

Pour les TPE, et concernant l’activité au cours des trois prochains mois, le solde d’opinion est de -2. Par contre, il est de + 19 pour les PME de 50 à 249 salariés, mais de - 6 pour celles de 10 à 49 salariés.

« En raison d’une prévision à la baisse de l’activité au premier trimestre 2016, les entreprises interrogées considèrent que leurs commandes passées auprès de leurs fournisseurs diminueront », soulignent les auteurs du baromètre.

Prix de vente en baisse

Par ailleurs, une majorité d’entreprises affirme que les prix de vente de leurs produits ou services ont été orientés à la baisse sur le dernier trimestre 2015 par rapport au trimestre précédent. Ainsi, sur cet item, le solde d’opinion pour les TPE est de – 20. Il est de – 26 pour les PME de 10 à 49 salariés et de – 23 pour celles de 50 à 249 salariés. Les secteurs du bâtiment et du commerce sont particulièrement impactés par cette baisse.

Sur le front de la trésorerie, les nouvelles ne sont pas non plus très bonnes. « La situation de la trésorerie est qualifiée de mauvaise par 41 % des entreprises interrogées. Le solde d’opinion s’établit dès lors à – 31 », précise la CGPME. Selon l’organisation patronale, cette dégradation de la trésorerie s’explique certes par la baisse de l’activité et des prix de vente, mais aussi par une pression fiscale qui pèse de plus en plus fortement sur les entreprises, par les retards de paiement que se permettent les grandes entreprises et les administrations et par le manque de soutien des banques pour financer la trésorerie.
 

Conjoncture