logo cession affaire

2007 meilleur que 2006 pour les TPE



0

Sophie MENSIOR, le 21 Avril 2008



Les carreleurs pavoisent tandis que les magasins de meubles font grise mine. Telle est l'une des conclusions de l'enquête annuelle de la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA), réalisée en partenariat avec le groupe Banque Populaire qui passe en revue les performances économiques des très petites entreprises françaises en 2007.
Premier constat, la situation générale est plutôt positive, même s'il est toujours périlleux, comme le rappelle Philippe Paillet, son président, de dresser un bilan global de l'activité tant l'univers des TPE est disparate. Reste que 10 secteurs sur 11 enregistrent une progression de leur chiffre d'affaires pour la deuxième année consécutive. Globalement, le CA progresse de 3 %, soit un point de plus qu'en 2006.
Au chapitre des satisfactions, les entreprises du bâtiment figurent, une nouvelle fois, en bonne place, + 4,9 %. Ce sont les carreleurs, + 15,3 % avec un CA trois fois supérieur à la moyenne du secteur, les couvreurs, + 8,6 %, et les électriciens, + 8,5 %, qui sont les meilleurs élèves. Notons toutefois les mauvais chiffres des entreprises de terrassement et travaux publics, imputables à l'augmentation du prix des matériaux, aux difficultés d'accès aux marchés de l'État et aux aléas de la sous-traitance.
Autre motif de réjouissance, les bons résultats affichés par les instituts de beauté, + 5,6 %, l'horlogerie-bijouterie, + 4,1 % et la pharmacie, + 3,8 %. La carosserie automobile, + 5,1 %, les taxis et les ambulances, + 8,7 %, ne sont pas en reste, tandis que l'on assiste à un "véritable retour à la prospérité" selon Philippe Paillet, du commerce de vêtements pour enfants, + 8,4 %.
Seules inquiétudes, les performances en demi-teinte des magasins de sport, - 6,8 %, "étranglés par les grandes enseignes spécialisées et l'offre de la grande distribution", les commerces de vaisselle-verrerie-faïence, - 6,3 %, et les magasins de meubles pour lesquels la situation devient préoccupante, tant le recul se confirme d'année en année : même si certains articles se vendent plutôt mieux, comme la literie, il semblerait que ce soit l'ensemble du secteur qui soit confronté à une diminution de la clientèle.

Tendance